Les élèves s’installent le matin, déposent leurs affaires et n’ont plus à les porter de la journée. Moins révolutionnaire, plus simple à organiser, coût minime. Ce sont les professeurs qui se déplacent et non des cohortes d’élèves. Outre la charge supprimée, cela a d’autres avantages : moins d’agitation dans les couloirs, moins de vols dans les cartables et moins de tentations pour le racket… et des livres préservés. Pour les matières qui demandent des locaux spécifiques, les élèves ne se déplacent qu’avec le matériel nécessaire puisqu’ils laissent leurs cartables dans « leur classe ».

Les parents PEEP demandent un peu de compréhension de la part des enseignants qui multiplient les signes d’originalité : des grands classeurs, des cahiers 24x32 ( pour mieux coller des photocopies ?) de 192 pages qui ne seront jamais finis, préférons ici des cahiers plus petits au poids allégé

Toutes les matières peuvent faire l’objet de fiches, ludiques, colorées, attractives dans des livres-classeurs.

N’est-il pas incroyable de promener dans son sac de classe en même temps Vercingétorix et Napoléon alors que la leçon d’histoire porte sur Louis XIV ? En mathématiques, avoir les divisions euclidiennes alors que l’on étudie les racines carrées ? En français pourquoi avoir Voltaire en même temps que La Fontaine ? En Géographie : une promenade de l’Afrique toute l’année dans le sac alors que l’on étudiera ce continent en mai ou en juin ?

L’élève qui a dans la même journée plusieurs matières ne transportera dans son sac que huit ou dix fiches,… ou éventuellement 20 ou 30 fiches soit le poids d’UN livre !!!.

la PEEP

Bien sûr, certains esprits chagrins diront que les fiches vont être perdues, déchirées, chiffonnées, mais il vaut mieux remplacer une fiche qu’un livre !!! Et quelle économie pour nos arbres !

Encourager les nouvelles technologies : Si avec le livre- classeur, il est remis au professeur un CD ou une clef USB, pour une présentation en diaporama de sa séquence, nous ferons du cours de mathématiques ou de SVT une heure de plaisir avec l’utilisation de matériels audiovisuels… et finalement quoi de mieux que d’apprendre avec plaisir (ou par plaisir) !
Nous savons tous que nos collèges vont être peu à peu dotés de moyens audiovisuels performants tel les tableaux numériques multimédias déjà en service dans certains établissements, alors soyons un peu audacieux ! Et n’oublions pas les cartables numériques qui font encore timidement leur apparition mais qui ont vocation à se vulgariser...
Demandons pour nos enfants, des moyens d’apprentissage dignes du XXI siècle !

La PEEP est convaincue qu’avec un peu de bon sens et une réelle volonté de changer les choses, l’innovation dans les pratiques sera bénéfique pour tous.