L'apprenant bénéficie d'un renforcement immédiat. La matière à assimiler est découpée en unités bien délimitées et une épreuve écrite de contrôle diagnostique est introduite après chacune d'elles. L'auto-correction est également pratiquée soit individuellement, soit en groupe. Des exercices de remédiation interviennent alors en fonction des erreurs relevées ou des lacunes découvertes. Ce type d'évaluation est très similaire à l'évaluation formative.

En effet, une notion mal maîtrisée, insuffisamment connue se révèle un handicap certain pour les notions ultérieures et il peut en résulter un échec. Seule une notion bien maîtrisée permet à l'apprenant de poursuivre une progression harmonieuse. L'évaluation continue consiste alors à repérer le plus rapidement possible une lacune de l'élève, telle démarche fautive dès son apparition et d'y porter remède avant que ne s'installe la spirale de l'échec. Poser un bon diagnostic , voilà le but : une analyse correcte des erreurs de l'écolier en remontant la chaîne des apprentissages en cours pour identifier le premier processus erroné qui a entraîné les erreurs, telle doit être la démarche. Car une fois mise en évidence l'origine de l'erreur, la remédiation peut être mise en œuvre valablement et efficacement.