Communément appelées classes prépas ou prépas, et pour la plupart publiques, ces classes préparent principalement aux concours des grandes écoles de commerce, d'ingénieurs et des Écoles normales supérieures (ENS). Elles sélectionnent sur dossier et recommandation de professeurs les lycéens bacheliers.




Les filières

  • Filière économique et commerciale

La filière économique et commerciale, dite épice en argot scolaire, prépare aux écoles supérieures de commerce et de gestion et aux écoles normales supérieures.

  • Filière littéraire

La filière littéraire prépare aux écoles normales supérieures, écoles supérieures de commerce et de gestion, instituts d'études politiques, et à l'École nationale des Chartes, entre autres. On la nomme hypokhâgne (1re année, officiellement lettres supérieures) et khâgne (2e année, officiellement première supérieure) en argot scolaire.

  • Filière scientifique

La filière Scientifique, dite taupe en argot scolaire, prépare aux écoles d'ingénieurs, écoles normales supérieures et écoles nationales vétérinaires. Elle se compose principalement des classes suivantes, en première puis en deuxième année :

Première année :

  • MPSI : Mathématiques Physique et Sciences de l'Ingénieur. Matières principales : mathématiques et physique.
  • PCSI : Physique Chimie et Sciences de l'Ingénieur. Matières principales : cf. MPSI mais avec moins de mathématiques, et plus de chimie et de sciences de l'ingénieur (SI).
  • PTSI : Physique Technologie et Sciences de l'Ingénieur. Section dont la matière dominante est les sciences de l'ingénieur.
  • TSI : Technologie et Sciences Industrielles. Accessible après un bac technologique STI ou STL.
  • BCPST : Biologie Chimie Physique et Sciences de la Terre.

À la fin du premier trimestre, en décembre, la plupart des élèves doivent choisir leur filière. Pour les PCSI, le choix est PC ou PSI. Pour les PTSI, le choix est PT ou PSI. Pour les MPSI, soit MPSI sans option (qui enlève deux heures de SI mais qui contraint à aller en MP l'année suivante), soit MP option informatique (qui supprime la SI et rajoute des heures d'informatique, avec la même contrainte à aller en MP l'année suivante), soit MPSI option SI (qui rajoute deux heures de SI pour arriver au nombre de quatre heures, et qui laisse le choix entre PSI ou MP l'année suivante). Tous les lycées ne proposent cependant pas toutes les options. Certains lycées ne proposent notamment pas d'option informatique aux élèves de MPSI.

Deuxième année :

  • MP Dominante maths et physique (moins de chimie qu'en PC) ;
  • PC Dominante physique et chimie (moins de maths qu'en MP) ;
  • PSI Dominante physique et sciences de l'ingénieur (moins de mathématiques qu'en MP) ;
  • PT Dominante sciences de l'ingénieur ;
  • BCPST deuxième année.

En deuxième année, il existe des classes « étoiles », anciennement classes "primes" : MP*, PC*, PSI* et PT*, dans lesquelles est enseigné le même programme qu'en MP, PC, PSI et PT mais avec un approfondissement. Ces classes préparent plus spécifiquement aux meilleures grandes écoles (par exemple aux Écoles Normales Supérieures ou à Polytechnique).

Les élèves se préparent également à la partie orale des concours, grâce à des colles (ou khôlles en argot scolaire) dont les examinateurs sont des colleurs, généralement professeurs dans d'autres classes que celles où ils donnent des colles, et anciens élèves de classe prépa. Les colles durent une heure et se passent en général par groupe de trois élèves.




Les débouchés

  • CPGE économique et commerciale

La CPGE économique et commerciale - appelée « prépa HEC » ou « épice » en argot scolaire - prépare aux concours des Écoles supérieures de management, de commerce et de gestion. Elle se décline en scientifique (anciennement "voie générale"), économique et technologique. Il n'existe pas de préparation spécifique pour les littéraires, mais les concours des écoles leurs sont ouverts au travers des épreuves qu'ils passent dans leur propre filière et qui sont réinvesties dans les banques des concours commerciaux.

Pour la voie scientifique, les matières enseignées et présentes aux épreuves écrites sont les mathématiques, l'histoire-géographie économique, la culture générale (au travers de la philosophie et du français), les langues vivantes (au nombre de deux) et le résumé de texte. Dans la voie économique, l'Analyse économique remplace l'histoire-géographie économique, et dans la voie technologique il s'agit d'une épreuve d'économie.

A l'oral, toutes les écoles font passer deux épreuves de langues et un entretien (à l'exception d'HEC sur ce dernier point). L'ESCP-EAP fait passer une épreuve de mathématiques (ou d'analyse pour la voie économique), ainsi qu'HEC qui y rajoute une épreuve de culture générale, une épreuve d'histoire et un face à face (entre les candidats) d'aptitude au management.

Parmi les écoles les plus connues, on peut citer (par ordre alphabétique) :

Audencia , les "Ecricome" (ESC Bordeaux, ESC Reims, ESC Rouen, ESC Toulouse, Euromed Marseille, ICN à Nancy), EDHEC, EM Lyon, ESCP-EAP, ESSEC, HEC.

Les concours sont organisés en deux grandes banques d'épreuves écrites : Ecricome et la B.C.E. (Banque commune d'épreuves, regroupant toutes les écoles sauf les "Ecricome").

  • CPGE littéraire

Grandes écoles

ENS Lettres et Sciences Humaines à Lyon (ex-Fontenay-St-Cloud) et ENS Ulm (rue d'Ulm à Paris) : histoire, géographie, philosophie, lettres classiques ou modernes, langues et musique, écoles de commerce (HEC, ESCP-EAP, ESSEC, etc.) qui ouvrent désormais leurs portes aux khâgneux en première année, Saint-Cyr, concours lettres. On le prépare souvent dans des prépas des lycées militaires, les corniches, comme à Aix-en-Provence, École des Chartes, pour devenir archiviste-paléographe, écoles de journalisme (IFJ, etc.), Instituts d'études politiques (IEP, dits « Sciences-Po »). Beaucoup d'établissements proposent une option pour préparer à ces concours, et on peut y être admis à la fin de l'hypokhâgne, deux écoles d'ingénieurs : l'ENSAE et l'ENSAI pour les khâgnes à option économique, dites "B/L".

Université : les élèves des classes prépas sont généralement inscrits en parallèle à l'université (en cumulatif). Cela leur offre une alternative en cas d'abandon en cours de route, et leur permet d'obtenir une équivalence au bout de la première année puis une équivalence de DEUG, qui permet ensuite de rejoindre une licence à l'université. Les équivalences sont délivrées après avis du conseil de classe, et sous réserve d'accord de l'université. Il existe souvent des conventions passées entre l'établissement de la CPGE et l'université. Le choix de la discipline en université se fait souvent dans la continuité de la spécialité choisie en khâgne (histoire-géographie, lettres, langues, philosophie, ...).



  • CPGE scientifique

Ces classes préparent en deux ou trois ans aux concours de recrutement des grandes écoles scientifiques (écoles d'ingénieurs, écoles normales supérieures, écoles militaires, écoles vétérinaires, écoles d'agronomie). Ces écoles se sont organisées afin de recruter sur quelques concours communs. Parmi ceux-ci les plus connus sont : Le concours des écoles normales supérieures, ENS Cachan, ENS Lyon, ENS Ulm, le concours commun Archimède (e3a, e4a) dont fait partie l'ESIP (Poitiers), le concours commun à École polytechnique et l'ESPCI, les Concours communs polytechniques, ex-concours des ENSI (plus d'une trentaine d'écoles), le Concours commun Mines-Ponts, école des Mines, école nationale des ponts et chaussées, Telecom Paris, ENST Bretagne, École nationale de la statistique et de l'administration économique, ENSTA, Supaero, le Concours commun Centrale-Supélec, Centrale Paris, Supélec, Centrale Lyon, SupOptique, Centrale Lille, Centrale Nantes, École nationale supérieure de l'électronique et de ses applications (ENSEA), Institut d'informatique d'entreprise, école généraliste d'ingénieurs de Marseille, le concours des Arts et Métiers (ENSAM), ESIEE, le Concours de l'Agro, le concours Telecom INT (Telecom INT), ESIEE, INT, le concours commun TPE/EIVP, ENTPE, ENSG (École Nationale des Sciences Géographiques), école des ingénieurs de la ville de Paris (EIVP); les concours des Écoles militaires, ESM Saint-Cyr, École navale, École de l'Air ,EOGN (Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale).