Définition des soins infirmiers selon le Conseil international des infirmièr(e)s (CII) : "On entend par soins infirmiers les soins prodigués, de manière autonome ou en collaboration, aux individus de tous âges, aux familles, aux groupes et aux communautés – malades ou bien-portants – quel que soit le cadre. Les soins infirmiers englobent la promotion de la santé, la prévention de la maladie, ainsi que les soins dispensés aux personnes malades, handicapées et mourantes. Parmi les rôles essentiels relevant du personnel infirmier citons encore la défense, la promotion d'un environnement sain, la recherche, la participation à l'élaboration de la politique de santé et à la gestion des systèmes de santé et des patients, ainsi que l'éducation."

Définition de l'infirmière par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) : "La mission des soins infirmiers dans la société est d'aider les individus, les familles et les groupes à déterminer et réaliser leur plein potentiel physique, mental et social et à y parvenir dans le contexte de l'environnement dans lequel ils vivent et travail, tout cela en respectant un code de déontologie très stricte. Ceci exige que infirmières apprennent et assurent des fonctions ayant trait au maintien et à la promotion de la santé aussi bien qu'à la prévention de la maladie. Les soins infirmiers englobent également la planification et la mise en œuvre des soins curatifs et de réadaptation, et concernent les aspects physiques, mentaux et sociaux de la vie en ce qu'ils affectent la santé, la maladie, le handicape et la mort. Les infirmières permettent la participation active de l'individu, de sa famille et de ses amis, du groupe social et de la communauté, de façon appropriée dans tous les aspects des soins de santé, et encouragent ainsi l'indépendance et l'autodétermination. Les infirmières travaillent aussi comme partenaire des membres des autres professions impliquées dans la prestation des services de santé."

 

Activité :En France, la profession d'infirmière s'articule autour de deux pôles : le rôle sur prescription et le rôle propre.

Le rôle propre. L'article R.4311-3 du code de santé publique dispose que "relève du rôle propre de l'infirmier ou de l'infirmière les soins liés aux fonction d'entretien et de continuité de la vie et visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution d'autonomie d'une personne ou d'un groupe de personnes. Dans ce cadre, l'infirmier a compétence pour prendre les initiatives et accomplir les soins qu'il juge nécessaire...". L'infirmière a donc une fonction d'observation, de dialogue avec le patient, pour identifier les problèmes et poser des diagnostics infirmiers, afin de pouvoir mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour une prise en charge adaptée. Il en va ainsi de la surveillance des complications spécifique à une pathologie ou un traitement, mais aussi de manière plus générale, le dépistage de situation de maltraitance ou de violence... Elle assure en collaboration avec l'aide soignante les soins d'hygiène, de confort et de sécurité du patient, elle s'assure en outre, de la bonne compréhension par le patient des explications données par le médecin, mais aussi dans le respect du secret professionnel, de l'information de sa famille ou de son entourage. Elle accompagne le patient tout au long de son hospitalisation ou de ses soins pour lui permettre de maintenir le plus haut niveau d'autonomie possible, mais aussi d'intimité, et de dignité.

Le rôle sur prescription : La prescription médicale, est le seul lien hiérarchique existant entre le médecin et l'infirmière. Elle est chargée de la mise en application des prescriptions médicales, et de la surveillance des effets secondaires ou complications qui pourraient en découler. Elle n'est cependant pas qu'un simple exécutant, elle doit en permanence faire le lien entre ces connaissances et les ordonnances faites par le médecins. En effet, il lui serait reproché d'avoir appliqué une prescription absurde. Elle doit donc savoir interpeller le praticien lorsqu'elle identifie une erreur ou en tout cas une prescription atypique, afin d'en obtenir confirmation. Cela constitue une des difficultés majeur de la profession. Malgré le fossé séparant les connaissances des médecins de celles de l'infirmière, celle-ci doit être en mesure de comprendre chaque prescriptions, afin de savoir identifier non seulement les erreurs mais aussi la spécificité de chacune d'entre-elle pour en déterminer les risques et donc les surveillances ad hoc. Pour cela l'infirmière peut faire appel aux connaissances acquises lors de sa formation initiale, mais aussi par le biais d'une formation professionnelle continue.

 

Qualité recherchée : Les infirmières partagent une éthique, ainsi qu'une conception commune de l'être humain, des soins, de la maladie... c'est une profession tout particulièrement axée sur la communication.

 

Salaire moyen : Le revenu mensuel est en moyenne de 1296 euros en début de carrière.

 

Débouchés / Carrière : Les infirmiers diplômés d'État sont appelés IDE. Ils peuvent se spécialiser :

  • infirmier anesthésiste diplômé d'État (IADE) ;

  • infirmier de bloc opératoire diplômé d'État (IBODE)

  • infirmière puéricultrice diplômée d'État.

  • cadre de santé

  • Infirmière hygiéniste

  • Infirmier Stomathérapeute

Les infirmiers diplômés peuvent intégrer un Service de secours et de soins médicaux des sapeurs-pompiers (SSSM ou 3SM) et devenir infirmier sapeur-pompier (ISP). Ainsi que le service de santé des armées.

 

Conditions d'exercice : L'accès à cette profession est réglementé, il se fait par concours pour les personnes ayant le bac ou bénéficiant de la validation des acquis de l'expérience. Il ouvre sur une formation de trois ans et demi au sein d'un Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI). Les études alternant formation pratique et théorique sont sanctionnées par le Diplôme d'Etat d'Infirmier délivré par le Préfet.

 

Tendance : On assiste comme dans d'autres endroits en Europe à une pénurie d'infirmières. Paradoxalement, les étudiants en soins infirmiers sont pour 20% d'entre eux dans une telle situation précaire qu'ils sont contraints d'arrêter leur formation. Cette situation est en partie due au fait que les étudiants IFSI dépendent du ministère de la Santé, et non du ministère de l'Éducation.

Rechercher du travail dans ce secteur : Une fois diplômée, la profession infirmière bénéficie de conditions relativement favorables (en terme d'emploi mais pas en terme de conditions de travail), en effet dans les cinq premières années d'exercice, le taux de chômage est l'un des plus faibles de toutes les formations de même niveau, soit de 0,7%. En outre 49% des infirmières nouvellement diplômées exercent au sein du service publique.